Des articles qui font du bien...

La thérapie assistée par le chien, un effet placebo?

La question de l’interaction humain/animal à visée thérapeutique n’est pas tranchée, notamment en ce qui concerne ses effets et la façon dont ils sont activés.  Les méthodes employées pour la validation, l’observation des effets de la relation homme/animal ne font pas l’unanimité chez les chercheurs. Alors…. si on envisageait la thérapie assistée par le chien sous l’angle de l’effet placebo? Après tout, l’effet placebo est un effet subjectif, mais réel, produit sur une personne par un chien n’ayant pas d’efficacité démontrée.

 

 

Dit autrement : l’animal est-il une cause des effets qui influencent le changement de l’être humain en sa présence ou simplement un symptôme ? Les animaux ont un effet placebo indéniable chez environ 30 % des gens, peut-on lire dans l’article Zoothérapie de Wikipédia. L’effet placebo n’est pas pour autant un phénomène magique ou mystique. De nombreux travaux en démontrent la réalité. Pour une maladie et un traitement identiques, l’efficacité de la thérapeutique est bien plus grande lorsque le soignant adopte une attitude bienveillante, explicative et rassurante que lorsqu’il est froid, distant et peu sûr de lui.

Si en plus il s’octroie l’aide d’un animal, imaginez l’impact! En fait, tout dépend du contenu que l’humain attribue à la relation avec l’animal. Plus l’animal sera envisagé comme un être vivant rempli de sens et de sensations, plus la relation sera à même de produire des effets bénéfiques. Aussi est-ce le chien qui produit des effets, est-ce vraiment lui ? Ou sont-ce les liens symboliques que le soigné entretient avec le soignant et le chien et la manière dont il perçoit le soin qu’on lui porte ?

Ce que ces interrogations permettent de pointer, c’est d’abord une hésitation concernant le rôle de l’animal. Véronique Servais, Université de Liège, l’explique : ‘il apparaît que les animaux en eux-mêmes n’ont pas « d’effet thérapeutique » sur les patients. Tout dépend de ce que va faire le thérapeute du potentiel de changement apporté par l’animal’. Ainsi l’article de Wikipédia indique : ‘Les animaux n’ont aucun pouvoir magique’. Les mécanismes neurobiologiques complexes qu’il met en œuvre dans le cerveau en font une source de soulagement bien plus écologique et plus  » naturelle  » que n’importe quel médicament synthétique.

 

Alors, affirmer que l’activité de la TAC résulte de son effet placebo, ce n’est pas une insulte. Sauf peut-être pour les personnes qui, par manque d’information, mésestiment la part du psychisme et de l’effet placebo dans la maladie.