Des articles qui font du bien...

Je sens donc je suis

Comment faire? C’est comme approcher un animal sauvage : il fuit, n’est-ce pas? Comme vous avez vos émotions. Peu à peu, apprendre à approcher ses émotions et les vivre pour vrai, tout doucement, sous le vent, comme on ferait avec un animal sauvage. Développer la conscience de soi est un apprentissage.
Alors il arrivera un moment où sans chercher à modifier ce qui arrive, seconde après seconde, votre esprit ne se rétractera plus sur cette émotion pour en faire une histoire d’horreur. Vous n’embarquerez plus dans la boite à histoires, à ruminations. Revenir au corps ne pas quitter le monde pour ressasser en boucle mes émotions mais rester dans le monde avec mes émotions.

Expérience…. Humaine et normale

Accepter de ressentir, c’est accepter de mettre de l’ordre dans nos désirs, dans nos peurs, de se défaire de tout ce qui été pathologiquement accumulé. Ressentir signifie aussi devoir se libérer, se séparer, quitter, ôter sa carapace ou son masque.

 

Ni penser ni panser mes émotions

Dans le cœur de la tempête, plutôt que de penser à mes émotions ou panser mes émotions, il s’agit de la vivre, de la sentir : dans quelle partie de mon corps, quels sont ses effets sur mon souffle? Qu’est-ce qu’elle déclenche en moi? Oui cela va être désagréable, ou peut l’être, mais si nous nous lançons à corps perdu dans le ‘faire’ pour oublier, pour s’anesthésier, pour fuir, pour…Nous oublierons de nous sentir ‘être’, de nous observer entrain de vivre… Du coup, nous risquons fort de passer à côté de notre vie, ou du moins d’une moitié de celle-ci.

 

 

 

 

 

Ensuite, seulement quand le corps sera apaisé la tête pourra faire son travail d’orfèvre, à savoir identifier cette émotion et en faire son allié. Cela va redonner de l’authenticité et libérer plus d’énergie pour vivre sa vie avec plus de confiance et d’assurance, tant dans sa dimension sociale que personnelle. Libérées, ces émotions vont permettre une réelle transformation et devenir un outil de changement.
 

‘Sois patient envers ce qui n’a pas encore de réponse dans ton cœur’, disait le poète. Redécouvrir ses émotions est un apprentissage vers la sincérité, la spontanéité.
En osant nous ouvrir à nos émotions, en nous accordant le temps de les accueillir et de les ressentir, nous leur donnons vie, nous leur permettons de jaillir. Lorsqu’on s’autorise à éprouver ses émotions, on n’a plus à se montrer fort, on le devient réellement de l’intérieur.

 

‘Nous sommes programmés en tant qu’animaux pour ressentir des états d’âme positifs ou négatifs. Mais nous allons ensuite introduire en tant qu’humains un peu de subtilité et de complication dans l’histoire’, écrivait Christophe André, dans Les États d’âme.