Des articles qui font du bien...

Le credo de sandraetlechien

Sandraetlechien.com ne verra pas cette Cité mais espère que ce blog aura participé à son émergence et souhaite profondément que vos enfants, en fait vos petits-enfants… vos arrière petits-enfants? … puissent y vivre avec autant de joie, de paix et de délivrance que ce credo en porte. Confronté à la plus grande crise d’identité de son histoire, un jour, un enfant humain s’est indigné. Il a, un jour, écarquillé les yeux d’horreur : lui, être animal doté de sensibilité, a saisi qu’il portait la violence de ses aïeux, qu’il pouvait déployer la violence avec autant de haine et de perversion qu’il était  vide de vie et rempli d’outils techniques.
……..Et, un jour, cet enfant humain a entendu toutes les souffrances animales perpétuées au fil des décennies, des siècles, des millénaires, des hurlements qui hantent encore son esprit d’homme devenu grand. Et là cet homme a compris qu’il était passé à côté de sa tâche essentielle = devenir. Cette incitation a stimulé la recherche de ses origines. La contre-domestication pouvait avoir lieu. Les animaux n’avaient plus besoin des entrepreneurs de morale, non il ne fallait pas les libérer, il fallait au contraire mieux s’attacher et faire de ses attachements une œuvre partagée d’émancipation (ref).

Le petit humain devenu grand a brisé ses chaînes, s’est libéré, s’est redressé.

L’homme moderne est né. Désormais, il existe. Il a déployé sa sensibilité, sa liberté et son imagination. Cet être est entré en maturation, il se sait appartenir à la Cité, à la Vie, son vécu personnel est riche des rencontres hybrides. Il sait voir cette Nature, il sait voir la multiplicité des êtres qu’elle héberge et ses stratégies adaptatives.

images.jpg

Il n’en est pas pour autant béat. Il a redonné du sens à sa vie en adoptant de nouvelles échelles de valeurs et de besoins.
L’être humain moderne est un être naturel qui sait respecter ses cycles et vit dans un environnement de nature en ville. Sa nature est composée d’espaces verts et de corps animal qui vivifient et ensauvagent la pierre et le béton. L’être humain moderne a repensé l’espace commun de vie donc a re-conceptualisé la Nature de la Cité. Il n’est pas bon que l’homme soit seul en ville. L’être humain moderne a appris la communication simple et naturelle envers les autres hommes et les animaux. Il a compris qu’il était un être intelligent et développé… au même titre que les animaux qui, comme lui, démontrent des intelligences complémentaires et bâtisseuses.

L’être humain moderne a ouvert les portes des antiques communautés morales aux animaux qui sont bien entendu devenus des égaux ayant des droits et des responsabilités. Cet apprentissage de l’urbanité est passée par l’éducation et non par le dressage. Dans la Cité de l’être humain moderne, il n’y a, évidemment,  plus de sociétés protectrices des animaux, d’abandons, de maîtrise des surpopulations animales, d’inconscience crasse au moment de l’adoption…. Le mot ‘euthanasie’ a disparu des pratiques commerciales. Parce que l’être humain moderne n’a plus la prétention de faire reposer son bien-être sur la souffrance animale, les animaux d’élevage connaissent une fin éthologique et ontologique.